Les postes d’Auxiliaires de Vie Sociale représentent plus d’1/4 du personnel de l’association. Aujourd’hui, interview d’Aurélien, seul représentant masculin du « métier » auprès de nos adhérents.

Aurélien, depuis combien de temps travailles tu à l’ANAF et comment es tu arrivé ici ?

Je suis entré à l’association en septembre 2010 suite à un stage effectué au sein de l’ANAF lors de ma formation DEAVS(1). J’ai rencontré un responsable de secteur de l’ANAF lors de ma formation initiale à l‘IFAASS(2) qui m’a encouragé à postuler pour une période de professionnalisation sur le terrain.

Pourquoi et comment as-tu fais ce choix de métier ?

J’ai passé mon BAFA assez jeune et j’ai acquis pas mal d’expériences en IME(3) ou CLSH(4) et j’ai toujours souhaité travailler auprès d’un public « vulnérable ». J’ai tenté les concours d’éducateur spécialisé sans succès et je me suis naturellement orienté vers le DEAVS.

Quelles sont tes missions et auprès de quel(s) public(s) interviens-tu ?

J’ai la chance de travailler auprès de tous les publics aidés par l’ANAF : Les enfants, les familles, les personnes âgées et personnes handicapées. Mes missions sont donc très variées : de l’accompagnement des enfants à l’école aux activités extra-scolaires, de l’aide aux tâches quotidiennes dans un logement (entretien du logement, courses, repassage…etc.) mais aussi beaucoup de soutien et d’écoute auprès des personnes âgées.

Le métier d’AVS est un métier à 99 % féminin (dans notre structure), comment réagissent les usagers à ton arrivée ?

Je suis toujours très bien reçu ! Les familles sont surprises mais agréablement en général (je pense…rire….!) Il est vrai que les responsables de secteur préviennent les familles avant ma première intervention. Je pense par contre que leur comportement peut être différent en fonction de l’intervenant et je m’en rends compte lorsqu’il y a un binôme. Certains n’osent pas me demander certaines tâches à priori. Il y a aussi des familles qui refusent tout simplement d’être aidées par un homme (différence de culture ou bien appréhension pour une toilette intime.)

Le métier que tu exerces à ce jour correspond-il à tes attentes professionnelles ?

Il y a toujours une différence entre la théorie et la pratique ! Lors de ma formation, un des modules, appelé « projet individualisé » me semblait très important, c’est un outil de suivi de l’évolution des différentes situations. Aujourd’hui, par un manque de moyens et de temps, le rôle de l’AVS ne se sert que d’une infime partie de cet outil. C’est dommage ! Mais globalement c’est le métier et les situations auxquelles je m’attendais et qui correspondent à l’idée que j’avais du métier.

(1) DEAVS : Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Vie Sociale.
(2) IFAASS : Institut de Formation d’Aides et d’Auxiliaires de Santé et de vie Sociale.
(3) IME : Institut Médico Educatif.
(4) CLSH : Centre de Loisirs Sans Hébergement.